Requalification courses | Les cours de requalification

L’équivalence est un type de reconnaissance académique qui repose sur l’évaluation d’un diplôme de niveau supérieur dans le but de vérifier qu’il correspond, à un niveau détaillé, à un diplôme universitaire italien similaire. L’équivalence est délivrée par les universités italiennes qui décident de manière autonome au cas par cas.

Les candidatures doivent être soumises au bureau administratif de l’université, qui établit un programme d’études similaire à celui appliqué à l’étranger, sur la base des éléments suivants:

  • candidature directe au doyen de l’université italien sélectionné;
  • un certificat d’études secondaires permettant l’admission à l’université qui a délivré le diplôme;
  • le certificat analytique original des examens universitaires délivré par l’Université (les dates et lieux des examens assis, y compris ceux situés en dehors de l’Université ayant délivré la qualification, doivent être répertoriés);
  • cours pour chaque examen individuel;
  • l’original du titre académique détenu;
  • trois photographies (dont l’une sera authentifiée si le demandeur est un ressortissant de pays tiers résidant à l’étranger).

Les documents énumérés aux points b, c, d et e ci-dessus doivent être soumis avec une traduction officielle. Les documents relatifs aux points b et e doivent être légalisés. Les citoyens italiens, les citoyens de l’UE et les ressortissants de pays tiers résidant légalement en Italie peuvent personnellement soumettre leur candidature au bureau administratif de l’université concernée avant la date limite fixée par chaque institution.

Les ressortissants étrangers résidant à l’étranger doivent soumettre la demande, accompagnée des documents requis, au Représentant diplomatique italien dans leur pays de résidence avant la date limite fixée annuellement par le Ministère de l’éducation, de l’université et de la recherche pour l’inscription des étudiants étrangers. La constitution garantit la liberté de l’art, de la science et de l’enseignement. Il prévoit également des écoles publiques et garantit l’indépendance des universités. Les écoles privées (principalement dirigées par des organismes religieux) sont autorisées. La constitution stipule en outre que les écoles publiques sont ouvertes à tous et prévoit des bourses et des subventions. L’éducation publique gratuite est disponible pour les enfants de toutes nationalités résidant en Italie.

L’éducation n’est obligatoire que pour les personnes âgées de 6 à 16 ans. Le système scolaire commence avec la maternelle pour les 3 à 6 ans, ce qui n’est pas obligatoire. Les écoles primaires sont fréquentées par des enfants âgés de 6 à 11 ans. À ce stade, la plupart d’entre eux fréquentent des écoles secondaires de 11 à 14 ans, mais ceux qui souhaitent étudier la musique vont directement aux conservatoires.

L’enseignement postsecondaire n’est pas obligatoire et comprend un large éventail d’écoles techniques et commerciales, d’écoles d’art, d’écoles normales et d’établissements préparatoires scientifiques et humanistes. Les élèves de ces écoles peuvent ensuite poursuivre leurs études en suivant des cours non universitaires ou universitaires. L’enseignement universitaire est composé de trois niveaux. Au premier niveau, il faut compter entre deux et trois ans pour obtenir un diplôme. Au deuxième niveau, entre quatre et six ans sont consacrés à l’obtention d’un diplôme universitaire. Au troisième niveau, des cours spécialisés de deux à cinq ans ou des cours de doctorat de trois à quatre ans sont proposés.

Au début du 21e siècle, plus du tiers de la population détenait un diplôme d’études secondaires, environ un tiers avait un diplôme d’études secondaires et plus d’un dixième avait obtenu un diplôme d’études collégiales. Mais le niveau d’instruction est plus élevé chez les jeunes générations. Environ deux tiers des personnes en âge d’aller à l’université fréquentent l’université et près des neuf dixièmes des personnes d’âge secondaire fréquentent l’école secondaire. La plupart des écoles et des universités sont gérées par l’État, avec des programmes uniformes dans tout le pays. Moins d’un dixième des élèves fréquentent des écoles privées. Les frais universitaires sont peu élevés et l’inscription est illimitée pour la plupart des étudiants titulaires d’un diplôme d’études postsecondaires.

image_pdfimage_print
Scroll Up